2008年9月15日星期一

【不再恐惧】Leaving Fear Behind

video
视频一

video
视频二

video
视频三

video
视频四

video
视频五

秘密制作的影片描述西藏人民的真实感受

西藏人民谈西藏、中国和奥运会

媒体介绍与展映

200886中午12:00

北京

美通社北京86电——今天,在第二十九届奥林匹克运动会的主办城市,一部在西藏

秘密拍摄且在3月份西藏暴动前几天秘密带出的史无前例的影片将展现在世界媒体面前。

Leaving Fear Behind》是一部时长25分钟的纪录片,由一群无畏的西藏电影制作人拍摄而

成,影片描述了西藏人民对于中国统治、奥运会的实际作用和象征意义以及达赖喇嘛重返西

藏的感受。

来自西藏东部地区的自学成才的电影制作人 Dhondup Wangchen(农民)和他的朋友

Golog Jigme(喇嘛)将与普通西藏百姓的35个多小时的访谈秘密拍摄成了影片,影片划分为

三个主题:中国对西藏的统治、北京奥运会,以及达赖喇嘛。

尽管几乎没有任何拍摄经验,两位电影制作人带着300美元的摄像机,骑着摩托车开始了

他们的拍摄,足迹遍布西藏东部偏远地区以及整个西藏高原。从拍摄之初,他们的目标就是

将西藏人民的心声带到北京奥运会。电影制作人 Dhondup Wangchen 在他的影片中说道:

“要让西藏人民到北京大声说出自己的心声是非常困难的。这正是我们决定通过这部影片展

现西藏人民真实感受的原因所在。”

200710月至20083月,共录制了100多段访谈,记录了各个年龄阶层、拥有各种不

同背景的西藏人民的真实想法,其中包括农民、商人、学生、游牧民和喇嘛。他们真实的回

答简单而生动地勾勒出他们遭受压迫与歧视的生活状态:

引自受访者的话:

“实际上,我们本应对奥运会表示欢迎,但很多事实都被扭曲了。中国获得奥运会主办

权的前提是中国和西藏的形势有所改善。”

⋯⋯外人可能会认为西藏人受到了很好的待遇,他们很快乐。但事实是,西藏人不能

自由倾诉他们的苦楚。”

“西藏人和中国人的比例是11015。中国人遍布藏区各地。”

“即使我必须为这些将被达赖喇嘛看到的话付出生命,我也要把握这次机会。”

该片所有20位受访者都甘冒巨大的人身危险,同意以正面示人。Wangchen 称,一些受访

者表示必须放出他们的脸,否则对他们的访问就没有任何价值了,足见他们想要反驳北京对

西藏的描述的愿望十分强烈。

在艰难的拍摄过程中,Dhondup Wangchen 使用化名 Jigme(在藏语中意为“无畏”)。

鉴于他的这一化名以及该片所有相关人士表现出来的无畏,该片取名为《Jigdrel》,翻译过

来就是《Leaving Fear Behind》。

Dhondup Wangchen Golog Jigme 在于2008310发出他们的带子之后不久便双双

被捕,至今仍未获自由。最后一次见到 Dhondup Wangchen,他还被拘禁在青海西宁的

Guangsheng BinguanGolog Jigme 最后一次露面是在甘肃 Lingxia 镇的一个拘留中心。

他们的带子被发送到瑞士,在这里,Wangchen 的亲戚 Gyaljong Tsetrin 将最终剪辑整

合在了一起。Gyaljong Tsetrin 2002年逃出西藏,成立了 Filming For Tibet 来制作该

片。

如欲了解详情和在线观看该片,请访问 www.leavingfearbehind.com 。如欲在中国访问

该网站,必须使用工具来避开政府审查机关的审查。建议使用 VPN(虚拟专用网络);能够

避开被访网站监督的 Tor 软件;或能够避开内容过滤系统的开源网络代理服务器 Psiphon

消息来源 Filming For Tibet

-0- 08/06/2008

均为 Filming For Tibet 提供服务/

/致编辑:询问电邮:info@leavingfearbehind.com /

/网址:http://www.leavingfearbehind.com /

英语:

Leaving Fear Behind

A Secretly Produced Film

Captures the True Feelings of Tibetans

Tibetans Speak on Tibet, China and the Olympics

Media Briefing and Screening

August 6, 2008 12:00 pm

Beijing

For Release: August 6, 2008

Beijing: Today in the city of the XXIX Olympiad, an unprecedented film made

secretly in Tibet and smuggled out just days before the March uprisings will be

screened for world media. Leaving Fear Behind is a 25-minute documentary

shot by a team of courageous Tibetan filmmakers which captures the sentiment

within Tibet about China’s rule, the relevance and symbolism of the

Olympic Games, and the return of the Dalai Lama.

A team of self-taught filmmakers from eastern Tibet, Dhondup Wangchen (a

farmer) and his friend Golog Jigme (a monk), secretly filmed over 35 hours of

interviews with everyday Tibetans on three subjects: Chinese rule in Tibet, the

Beijing Olympic Games, and the Dalai Lama.

Armed with a $300 video camera, and with virtually no experience, the

filmmakers set out on motorcycle, travelling to the remote corners of eastern

Tibet and across the Tibetan plateau. From the beginning, their goal was to bring

Tibetan voices to the Beijing Games. It is very difficult for Tibetans to go to

Beijing and speak out there. So that is why we decided to show the real feelings

of Tibetans inside Tibet through this film,” notes the filmmaker Dhondup

Wangchen in his film.

More than 100 interviews were taped from October 2007 to March 2008.

Heartfelt feelings were recorded from Tibetans of all backgrounds: farmers,

businessmen, students, nomads and monks, young and old. The authenticity of

their responses speaks simply and eloquently of lives characterized by

oppression and discrimination.

Quotes from interviewees:

“Actually we would be happy about the Games but much is being

misrepresented. China was awarded the Games on the condition that the

situation in China and Tibet would improve.”

“...outsiders may think that the Tibetans are treated very well and that they are

happy. But the truth is that Tibetans are not free to speak of their suffering.”

2 of 2

“For every Tibetan, there are ten to fifteen Chinese. The Chinese are everywhere

in these Tibetan areas.”

“Even if I had to sacrifice my life for this message to be seen by the Dalai Lama, I

agree and welcome this chance.”

All twenty of the people who appear in the film agreed to have their faces

shown on film–at great personal risk. Wangchen reveals that some interviewees

“said that we absolutely had to show their faces, otherwise it wasn’t worth

speaking to them,” so strong was their desire to counter Beijing’s narrative on

Tibet.

During the precarious filming Dhondup Wangchen worked under the code

name Jigme (“Fearless” in Tibetan). His code name, and the bravery of all those

associated with this project, inspired the film’s name Jigdrel, which translates to

Leaving Fear Behind.

Soon after sending out their tapes on March 10, 2008, Dhondup Wangchen

and Golog Jigme were arrested. They remain in detention today. Dhondup

Wangchen was last seen in detention in Guangsheng Binguan in Xining

(Qinghai). Golog Jigme was last seen in a detention center in the town of Lingxia

(Gansu).

Their tapes were transported to Switzerland, where the final cut was put

together by Wangchen’s cousin, Gyaljong Tsetrin. Gyalijong Tsetrin, who

escaped from Tibet in 2002, founded Filming For Tibet to produce this film.

For more information and to view the film online, visit

www.leavingfearbehind.com. To access the website from within China, tools

are required to circumvent the government censorship apparatus.

Recommended options are a VPN (virtual private network); Tor software to

counter surveillance of visited websites; or Psiphon, an open source web proxy

to bypass content-filtering systems.

Media Contacts:

Email inquiries: info@leavingfearbehind.com

法语:

Leaving Fear Behind (Surmonter la peur)

BEIJING, 6 août/PRNewswire/ --

Un film produit en secret reproduit les vraies opinions des Tibétains

Les Tibétains parlent du Tibet, de la Chine et des Jeux Olympiques

Conférence de presse et projection à l'intention des médias

6 août 2008 à 12 h 00

Beijing

Aujourd'hui, dans la ville de la XXIXe Olympiade, un film sans précédent,

réalisé en secret au Tibet et fait sortir clandestinement quelques jours à

peine avant les soulèvements du mois de mars sera projeté à l'intention des

médias mondiaux. « Leaving Fear Behind » (Surmonter la peur) est un

documentaire de 25 minutes, tourné par une équipe de réalisateurs tibétains

courageux, qui reproduit les avis au sein du Tibet sur la domination chinoise,

sur l'importance et le symbolisme des Jeux Olympiques et sur le retour du

Dalaï-Lama.

Une équipe de réalisateurs autodidactes du Tibet oriental, Dhondup Wangchen

(un agriculteur) et son ami Golog Jigme (un moine), ont tourné en secret plus

de trente-cinq heures d'interviews avec des Tibétains ordinaires sur trois

thèmes : la domination chinoise au Tibet, les Jeux Olympiques de Beijing et le

Dalaï-Lama.

Armés d'une caméra vidéo en valeur de 300 dollars américains, et n'ayant

pratiquement aucune expérience, les réalisateurs se sont mis en route en moto

et se sont rendus dans les coins les plus reculés du Tibet oriental et sur le

plateau tibétain. Dès le début, leur objectif était de faire entendre les voix

des Tibétains aux Jeux de Beijing. « Il est très difficile pour les Tibétains

de se rendre à Beijing et d'y faire entendre leur voix. C'est pourquoi nous

avons décidé de montrer par le biais de ce film les véritables opinions des

Tibétains au coeur du Tibet », fait remarquer le réalisateur Dhondup Wangchen

dans son film.

Plus de 100 interviews ont été enregistrées d'octobre 2007 à mars 2008. Des

opinions venant du fond du coeur ont été enregistrées auprès de Tibétains issus

de milieux divers : agriculteurs, hommes d'affaires, étudiants, nomades et

moines, jeunes et moins jeunes. L'authenticité de leurs réponses parle

simplement et avec éloquence de vies caractérisées par l'oppression et la

discrimination :

Citations des personnes interviewées :

« En fait, nous nous féliciterions des Jeux mais beaucoup de choses sont

déformées. La Chine a pu accueillir les Jeux à condition que la situation en

Chine et au Tibet s'améliore. »

« . . . vu de l'extérieur, l'on pourrait penser que les Tibétains sont très

bien traités et qu'ils sont heureux. Mais la vérité c'est que les Tibétains ne

sont pas libres de parler de leur souffrance. »

« Pour chaque Tibétain, il y a dix à quinze Chinois. Les Chinois sont

partout dans ces régions tibétaines. »

« Même si je devais sacrifier ma vie pour ce message pour être vu par le

Dalaï-Lama, je suis d'accord de le faire et je profite de l'occasion. »

Les vingt personnes apparaissant dans le film ont donné leur accord pour

que l'on montre leur visage dans le film, au prix d'un énorme risque personnel.

M. Wangchen révèle que certains interviewés « ont dit que nous devions

absolument montrer leur visage, sinon ça ne valait pas la peine de les

interviewer », si fort était leur désir de contrer la version de Beijing sur la

situation au Tibet.

Au cours du tournage précaire, Dhondup Wangchen a travaillé sous le nom

de code Jigme (« Sans peur » en tibétain). Son nom de code et la bravoure de

tous ceux qui se sont associés à ce projet, ont inspiré le nom du film,

Jigdrel, qui se traduit par « Surmonter la peur ».

Peu après l'envoi des cassettes, le 10 mars 2008, Dhondup Wangchen et Golog

Jigme ont été arrêtés. Ils restent en détention jusqu'à ce jour. On a vu

Dhondup Wangchen en détention pour la dernière fois à Guangsheng Binguan à

Xining (Qinghai). Golog Jigme a été vu pour la dernière fois dans un centre de

détention de la ville de Lingxia (Gansu).

Leurs cassettes ont été transportées en Suisse où le montage final a été

réalisé par le cousin de M. Wangchen, Gyaljong Tsetrin. Gyaljong Tsetrin, qui

s'est échappé du Tibet en 2002, a fondé « Filming For Tibet » afin de produire

ce film.

Pour de plus amples informations et pour visionner le film en ligne,

veuillez consulter le www.leavingfearbehind.com. Pour accéder au site Web à

l'intérieur de la Chine, des outils pour contourner les équipements de censure

du gouvernement sont nécessaires. Les options recommandées sont un VPN (réseau

virtuel privé) ; le logiciel Tor pour contrer la surveillance des sites Web

visités ; ou Psiphon, un proxy Web open source permettant de contourner les

systèmes de filtrage du contenu.

Site Web : http://www.leavingfearbehind.com

Source : Filming For Tibet

info@leavingfearbehind.com

没有评论: